Tous les moyens sont bons pour freiner la propagation du coronavirus. C’est ainsi que Siemens Mobility a développé pour les chemins de fer russes des poignées de porte spéciales imprimées en 3D, qui permettent au personnel et aux voyageurs d’ouvrir les portes avec leur coude ou leur avant-bras, leur évitant de toucher à main nue des surfaces potentiellement infectées.

Sécurité dans les transports publics

Nous vivons dans une société mobile. Beaucoup de gens ont besoin des transports publics pour se déplacer. Dès que les mesures de santé le permettront à nouveau, les trains russes recommenceront à transporter des millions de voyageurs.

Dans cette perspective, les chemins de fer russes (RZD) ont cherché avec Siemens Mobility des solutions structurelles pour réduire au maximum le risque de nouvelles infections Covid parmi les voyageurs et le personnel.

Éviter de toucher des surfaces infectées

Comme le coronavirus reste présent un certain temps sur les surfaces, il peut donc facilement se propager lorsque des personnes touchent des objets infectés. Et il y a fort à craindre que les poignées de porte soient des vecteurs potentiels. Mais comment embarquer dans un train sans ouvrir la porte ?

Siemens Mobility teste actuellement 36 accessoires de poignée de porte sur les rames Desiro, conçus pour permettre d’actionner la poignée avec son coude plutôt que sa main nue.

Impression 3D sur demande

Les pièces sont produites par fabrication additive. Deux imprimantes 3D Stratasys (à Moscou et Saint-Pétersbourg) servent à produire non seulement des pièces de rechange, mais aussi ces accessoires innovants destinés aux poignées de porte des trains Desiro et Velaro de la flotte russe.

Elles font partie du réseau « Easy Sparovation Part » qui permet d’imprimer des pièces en 3D à la demande pour gagner du temps et abaisser les coûts de production. Les chemins de fer russes peuvent ainsi répondre aux besoins de manière rapide et flexible, comme l’illustre la production de ces poignées de porte spéciales Covid.

Centre de compétence en fabrication additive

Le réseau de fabrication additive de Siemens Mobility est piloté depuis la ville allemande d’Erlangen. Outre les activités à Moscou et Saint-Pétersbourg, il existe aussi des implantations à Dortmund et Wegberg-Wildenrath (Allemagne). Les possibilités offertes par la fabrication additive via impression 3D sont légion dans l’industrie ferroviaire. Nous en avons déjà parlé dans un précédent article.

Contactez-nous pour plus d’informations.