Nemo Link est la première interconnexion électrique entre la Belgique et le Royaume-Uni. C’est aussi la première interconnexion sous-marine et la première fois qu’Elia, le gestionnaire de réseau de transport belge, utilise la technologie HVDC (High Voltage Direct Current). Une nouvelle étape dont les consommateurs seront les premiers bénéficiaires.

Siemens était responsable de l’installation clé en mains des stations de conversion des deux côtés de la Manche. Le projet a été transféré au client le 30 janvier, en avance sur le planning, et les premiers échanges d’électricité entre la Belgique et le Royaume-Uni ont pu démarrer le 31 janvier.

En 2015, Siemens se voyait attribuer le projet Nemo Link, un système de transport HVDC (haute tension à courant continu) destiné à interconnecter les réseaux électriques nationaux anglais et belge au moyen de câbles sous-marins. Le client, Nemo Link, est une joint-venture entre Elia, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité belge, et National Grid Interconnector Holdings Limited, filiale de l’opérateur de réseau britannique National Grid.

Cette joint-venture avait été créée spécialement en vue de la réalisation de ce projet commun.

Inauguration officielle

Le projet avait été inauguré officiellement le 5 décembre dernier à Herdersbrug en présence, entre autres, de la Ministre Fédérale de l’Energie, Marie-Christine Marghem, et de Philippe De Backer, Secrétaire d’Etat à la mer du Nord. La première phase de test avait démarré juste après et avait été finalisée avec succès à la mi-janvier.

Le « take over » du projet par le client a eu lieu le 30 janvier, en avance sur le planning. Les premiers échanges d’électricité entre la Belgique et le Royaume-Uni ont pu avoir lieu dès le 31 janvier. L’interconnexion participe à l’intégration du système électrique européen et garantit la sécurité d’approvisionnement.

Chris Peeters, Chief Executive Officer d’Elia :
« Le premier interconnecteur entre la Belgique et la Grande-Bretagne est aujourd’hui une réalité. Ce travail de titan est une première pour notre pays, tant sur le plan technique qu’au niveau stratégique. La mise en service de cette nouvelle liaison, combinée à celle de l’interconnecteur ALEGrO avec l’Allemagne, qui sera bientôt opérationnel, va considérablement élargir nos capacités d’échange d’énergie et placer la Belgique au cœur du futur système électrique intégré européen. »

Dans le cadre du projet Nemo, Siemens a assuré l’installation clé en mains des deux stations de conversion en technologie HVDC-Plus, avec une tension de transport de 400 kilovolts (kV) DC. L’interconnexion Nemo Link dispose d’une capacité de 1 000 mégawatts (MW) permettant d’alimenter 500 000 ménages en électricité. Elle s’étend sur 140 km entre Richborough (sur la côte du Kent) et Zeebruges, et utilise une combinaison de câbles électriques sous-marins et souterrains. La commande comprend également un contrat de service et de maintenance pour une période de cinq ans.

Visionnez ci-dessous la vidéo sur la construction de la station de conversion à Herdersbrug (Zeebruges).

Siemens travaille aussi actuellement sur le projet ALEGrO, un « pont électrique » entre la Belgique et l’Allemagne.

Sécurité avant tout

En septembre 2017, le projet Nemo Link a dépassé le cap du million d’heures prestées sans le moindre arrêt dû à des blessures. Siemens a d’ailleurs obtenu pour ce projet le prestigieux « Sword of Honour 2017 » du British Safety Council récompensant les entreprises qui vont bien plus loin que les normes EHS en vigueur.

Contact : Tom Clauwaert tom.clauwaert@siemens.com