Étant donné que nous passons 90% du temps à l’intérieur des bâtiments, il semble logique de les rendre aussi sûrs, confortables et durables que possible. Cedrik Neike, CEO de Siemens Smart Infrastructure nous explique comment les « Smart Buildings » répondent de manière autonome aux besoins des personnes et de l’environnement.

Répondre aux besoins

Cedrik Neike, CEO de Siemens Smart Infrastructure

Cedrik Neike : « À mes yeux, un bâtiment n’est intelligent que s’il comprend son environnement, communique avec lui, apprend et s’y adapte. Grâce à un nombre croissant d’appareils connectés à l’Internet des Objets (IoT), les bâtiments en savent déjà beaucoup sur leurs utilisateurs. En analysant ces données et en les utilisant intelligemment, nous rendons les bâtiments plus polyvalents, personnalisés et productifs. »

« La numérisation permet également, durant les phases de conception et de construction, de développer des simulations numériques des bâtiments à venir. De cette façon, la construction en elle-même gagne grandement en efficacité. Les bâtiments intelligents offrent aussi une exploitation plus efficace et durable. Les défauts et petits problèmes peuvent ainsi être détectés avant même d’engendrer de gros soucis. »

Économiser et stocker l’énergie

« Dans le monde, les bâtiments consomment environ 40 % de toute l’énergie produite. Mais, dans un bâtiment moyen, la moitié de cette énergie est perdue. Nous chauffons des pièces qui ne doivent pas l’être, nous éclairons des endroits qu’il est inutile d’éclairer… Mais grâce à la numérisation et à l’inter-connectivité, nous pouvons réduire jusqu’à 80% l’empreinte écologique d’un bâtiment. »

« Mais pour moi, ça ne s’arrête pas là : à l’avenir, les bâtiments produiront également leur énergie, devenant des “prosumers” intelligents. Par exemple, dans le cadre d’un projet pilote canadien, l’énergie résiduelle produite est stockée sous forme de chaleur dans les chaudières des bâtiments intelligents. Si la production faiblit, l’énergie est alors réinjectée dans le réseau. »

Une amélioration de la rentabilité locale

« Ce qu’il y a de bien avec le stockage d’énergie, c’est qu’une partie de celle-ci peut être réinjectée dans le réseau. De cette façon, le bâtiment devient un élément productif au sein de l’écosystème énergétique. À Brooklyn, dans l’État de New York, nous avons conçu un micro-réseau avec la start-up LO3. Ce système permet au propriétaire d’un bâtiment de revendre son surplus d’énergie solaire pour faire fonctionner les climatiseurs de ses voisins. Vous pourriez tout aussi bien revendre cette électricité au café du coin, ce qui vous permettrait de boire votre café gratuitement ! »

« Ce ne sont que quelques exemples autour de l’électricité, mais à l’avenir, gaz, eau et chaleur seront liés pour répondre intelligemment aux besoins. Les interactions entre les bâtiments et leurs occupants constituent sans doute une tendance porteuse et vaste qui est amenée à se poursuivre. En fin de compte, les bâtiments seront assez intelligents pour anticiper les besoins des occupants et s’y adapter. Les personnes pourront alors se concentrer plus sur leurs activités quotidiennes sans interface directe avec leur bâtiment intelligent. »

Rendez-vous sur notre site pour en savoir plus sur les bâtiments intelligents.