Relever les défis techniques, scientifiques, technologiques et organisationnels de manière intelligente et efficace ? C’est la vocation des ingénieurs. Chez Siemens, ils expriment leurs talents dans toutes les spécialisations. Étant donné la pénurie persistante de ces profils, il est important pour nous d’accorder chaque jour l’attention qu’il convient à ce métier passionnant et polyvalent. En Belgique et aux Pays-Bas, les ingénieurs sont mis à l’honneur le 17 mars de chaque année. C’est pourquoi, en cette « Journée de l’ingénieur », nous vous proposons de faire la connaissance de trois de nos collègues ingénieurs inspirants.

Simon Francis, 28 ans, travaille comme Field Service Engineer Customer Services chez Siemens. Il s’occupe notamment de la maintenance, des réparations et de la gestion de nouveaux projets chez des clients qui utilisent des machines, infrastructures ou logiciels.

« Quand j’étais enfant et adolescent, j’étais totalement convaincu que le métier d’ingénieur était très théorique. Or moi je voulais exercer un travail pratique où il faut se salir les mains. »

Ton job actuel correspond à ce dont tu rêvais étant enfant ?

Simon:  Oui, même si. En secondaire et pendant mes études supérieures, je me suis rendu compte que les ingénieurs devaient aussi beaucoup travailler de leurs mains et ça m’a conforté dans mon choix. Malgré ma formation théorique, je travaille aujourd’hui comme ingénieur sur le terrain, au plus près des machines, et je peux littéralement mettre les mains dans le cambouis. Il y a autant de jobs pratiques que théoriques dans le secteur. Les jeunes ingénieurs qui viennent d’avoir leur diplôme ont donc énormément d’options et de possibilités devant eux. Je garde un bon souvenir de mes études et si je devais revenir en arrière, je referais le même choix.

Kathy Verschaeve, 53 ans, travaille comme Operations Manager dans le groupe Intelligent Traffic Systems de Siemens Mobility. Elle est responsable de l’exécution de plusieurs activités opérationnelles, notamment la planification, la mise en route de l’équipe et l’analyse des mesures.

« Mon rêve était de devenir pilote dans l’armée, ce qui, à l’époque, n’était pas accessible aux femmes. Je trouvais ça injuste et incompréhensible, mais j’ai changé mon fusil d’épaule. »

Quand tu étais enfant, pensais-tu que tu finirais par faire ce genre de travail ?

Kathy: Pas du tout.  Comme j’ai toujours aimé travailler de mes mains, j’ai décidé de suivre une formation d’ingénieur. C’était aussi un métier qui me correspondait bien. J’ai toujours été forte en maths et j’ai pris l’option sciences industrielles en secondaire. Ensuite, j’ai choisi des études d’ingénieur industriel en électronique, avec une spécialisation en avionique, mais je n’ai pas trouvé de job tout de suite. Même si, comme beaucoup, je n’exerce pas le métier pour lequel j’ai étudié, j’ai pu évoluer chez Siemens jusqu’à devenir l’Operations Manager passionnée de son job que je suis aujourd’hui.

Ludovic Hoebanx (38 ans) a fait toute sa carrière chez Siemens. Il a débuté comme ingénieur dans notre entreprise après son stage, puis est devenu Project Manager. Aujourd’hui, il gère aussi une équipe d’une vingtaine de personnes. Et il y met une vraie passion, car il est fermement convaincu de l’importance du coaching personnel pour aider les collaborateurs à évoluer dans leur carrière.

« J’avais plein de rêves quand j’étais gamin, mais jamais je n’aurais imaginé qu’un jour je travaillerais à l’installation d’un parc éolien à la Côte belge. »

Pourquoi as-tu voulu devenir ingénieur ?

Ludovic: Mes profs m’ont conseillé de choisir des études d’ingénieur industriel. Je suis entré chez Siemens tout de suite après mes études. À cette époque, j’ai souvent dû me rendre dans différents pays d’Afrique pour travailler sur des projets. C’était très intense, mais cela m’a permis d’acquérir une énorme richesse culturelle, en plus d’un bagage technique.

J’ai participé à des missions riches en aventures, mais cette époque est terminée car aujourd’hui, je suis papa de deux enfants, dont le deuxième a quelques mois. Je consacre beaucoup de temps à mes enfants et heureusement, Siemens est très flexible à ce niveau. Je planifie moi-même mes heures de travail.

Êtes-vous stimulé(e) par ces histoires et prêt à relever un défi ?  Découvrez notre offre d’emploi.