Siemens cherchait un partenaire qui pourrait aider son client HACO à intégrer un robot dans ses tours : il l’a trouvé auprès de la start-up belge KoMotion. La triple collaboration mise en place avec HACO a permis d’intégrer en un temps record un robot de chargement dans le système de commande du tour CNC. Une réussite dont KoMotion et Siemens sont particulièrement fiers.

En quoi consistent les activités de KoMotion ?

« Nous avons commencé en janvier et nous nous définissons comme un constructeur de machines. Nous concevons des solutions sur mesure pour automatiser certains processus de production. Nous avons tous les deux une expérience de l’ingénierie mécanique et un passé avec Siemens. Nous faisons aussi des interventions et de la maintenance. Par exemple, nous avons récemment réparé un carrousel à la foire. Nous opérons actuellement dans notre garage, mais nous cherchons un bâtiment pour notre extension », expliquent Kim Aerts et Kris Clompen de KoMotion. L’expérience de Kris en matière de CNC était importante pour Siemens, car le délai était très court. Le choix d’un partenaire disposant de la flexibilité nécessaire s’est donc imposé.

La combinaison de la flexibilité et de l’expérience en matière de CNC a été la clé du succès.

Le GROUPE HACO, réputé pour ses machines de tôlerie, est également actif dans la conception et la fabrication de tours et de fraiseuses par le biais de sa filiale FAT. Celle-ci a présenté une proposition innovante pour le salon EMO, qu’elle a développée en collaboration avec KoMotion et Siemens afin d’intégrer un robot de chargement sur son stand. La machine pilote fonctionnant avec le logiciel Sinumerik One devait communiquer avec ce robot : une première mondiale. En l’espace de deux mois, il a fallu intégrer une commande CNC récemment lancée et un robot, alors que la machine était encore en construction et que HACO et Siemens n’avaient aucune expérience des robots. « Il y a une demande croissante d’automatisation dans le domaine des machines CNC. Sinumerik One, avec le TIA Portal et le PLC S7-1500 intégré, a facilité l’intégration avec le système de commande du robot. En outre, les machines doivent continuer à fonctionner à tout moment, même lorsque les portes sont ouvertes. C’est possible grâce à Safety Integrated sur Profinet. Dans la pratique, il existe des exemples où les contacts de sécurité sont tout simplement pontés, mais cela ne peut pas être le but. La sécurité passe avant tout », affirme KoMotion.

On peut affirmer sans détour que la combinaison du tour et du Cobot est « parée pour l’industrie 4.0 ».

Qu’est-ce qu’un tour et à quoi sert-il exactement ?

« Le TUR MN 560 présenté au salon EMO est une machine d’usinage qui permet de fabriquer des pièces à tourner et d’effectuer des mouvements de fraisage. Bref, c’est un tour équipé d’outils. Un axe C a été intégré pour permettre un positionnement précis et une interpolation entre la broche et l’opération de fraisage. Sans robot, l’opérateur doit rester près de la machine lorsqu’il s’agit de petites pièces. Avec le robot, la machine a nettement plus d’autonomie et peut travailler indépendamment, même la nuit. Le modèle choisi pour ce projet est un Cobot (robot collaboratif) d’Universal robots, conçu pour permettre la collaboration avec l’opérateur. Il s’arrête de fonctionner dès qu’il rencontre une résistance. La machine est donc plus accessible, puisqu’il n’y a pas de protection autour d’elle, ce qui est assez pratique, surtout lors d’un salon professionnel, car les gens peuvent s’en approcher. Vu les réactions enthousiastes au salon EMO, nous sommes impatients de voir ce que nous réserve l’avenir », explique KoMotion.

Contact:

stein.monserez@siemens.com

 

http://www.fathaco.com http://www.komotion.be