En cas d’accident ou d’incendie, les services de secours arrivent sur place « le plus rapidement possible ». Mais ne pourrait-on pas rendre leurs déplacements encore plus rapides – et plus sûrs ? Siemens Mobility a planché sur la question lors d’un hackathon dédié à la mobilité des véhicules prioritaires. Et il est apparu que les feux de circulation intelligents pouvaient vraiment faire la différence.

Chaque seconde compte

Lorsque les pompiers ou une ambulance démarrent, chaque seconde compte. Un incendie peut se propager rapidement et les chances de survie des blessés graves ou des victimes d’infarctus diminuent avec le temps. L’arrivée rapide des secours sur place est donc – littéralement – vitale.

Et c’est là que le bât blesse. En ville, les rues sont parfois tellement embouteillées que les véhicules d’intervention peinent à se frayer un passage dans la circulation. Il arrive aussi qu’ils provoquent eux-mêmes des blessés en tentant de parvenir au plus vite sur les lieux d’un sinistre et les carrefours s’avèrent particulièrement accidentogènes. En Flandre, par exemple, 53 % des accidents impliquant des véhicules d’urgence se produisent aux carrefours.

Hackaton

C’est pour traiter cette problématique qu’Ernst & Young a organisé le hackhaton Firestarter en collaboration avec Netwerk Brandweer. Différents acteurs innovants s’y sont réunis afin de réfléchir ensemble à des solutions réalistes pour améliorer le fonctionnement des services de secours..

La ville d’Anvers, Siemens Mobility et Suivo ont proposé un système qui permet de faire passer automatiquement les feux au vert à l’approche des pompiers, en s’appuyant sur les régulateurs de trafic intelligents déjà installés par Siemens Mobility. Des traceurs GPS Suivo transmettent la localisation des véhicules d’urgence au GeoServer Siemens, qui commande à son tour les feux intelligents.

Passage automatique au vert : rapide, sûr et économique

La solution proposée permet aux pompiers d’arriver plus vite sur place, tout en réduisant les risques d’accident aux carrefours. Comme le système fait appel à des technologies existantes, il est aussi plus économique : il n’est pas nécessaire d’installer des équipements de transmission dédiés. De plus, le système peut être facilement étendu aux autres services de secours et à d’autres carrefours.

Des interventions plus rapides augmentent les chances de survie. Mais comme les secours ne sont plus gênés par le trafic, les risques d’accidents, surtout aux carrefours, diminuent également. Et si les pompiers ne sont plus obligés d’activer leur sirène pendant la nuit, c’est tout bénéfice aussi pour les riverains, qui ne seront plus dérangés par le bruit.

Contactez Thomas Vincent pour plus d’informations.